• *Origine (Partie 6)

    PARTIE 6: Une prise de conscience

    *Origine (Partie 6)Quand je pense qu'en l'espace de quelques mois ma vie à perdu tout son sens. Vous auriez pensé vous, les lecteurs que ça allez ce passer comme ça quand vous avez lus les premières lignes de cette histoire. En tout cas quand, du haut de mes sept ans il m'est arrivé ça, plus rien n'avait de logique pour moi. A croire que j'étais devenu Alice et que j'étais entrée aux Pays Des Merveilles.

    Mais dans ce cas la qu'est ce qui aurait pus m'attirer dans ce monde là ? Si on en suit l'histoire d'Alice ce serrait le lapin que j'aurais suivis. Mais cet animal peut être interprété de plusieurs manières. Tous d'abord, on pourrait représenter le lapin comme la clef des réponses que je cherche, la vérité sur ce qui ce passe pour l'expliquer plus simplement. Ou on pourrait tout aussi comprendre que le lapin ce trouve être Vincent c'était la personne qui pouvait m'emmenée trouver mes réponses, ces réponses qui ce trouve dans ce Pays, Andor.

    Même ça j'aurais trouvé plus logique. Je pensai que j'étais malade et que j'avais besoins de traitement. Avec mes parents qui me voyaient comme une folle ce n'était pas très compliqué de le penser. Etant donné que Victoria avait décidé de me donner les réponses à mes questions facilement j'avais un peu du mal à la croire.

    - Pourquoi es-tu si froide avec moi ?

    J'étais là ne sachant quoi faire. Je ne pouvais pas la croire. Où était la logique dans tout ça ? Moi quelqu'un de spéciale ? J'avais pourtant l'impression d'être un monstre. Je n'arrivais pas à me reconnaître.

    - Je ne peux pas vous croire.

    Vincent et Victoria me regardaient avec compassion.

    - Je ne peux rien faire pour ça. Lui déclara-t-elle.

    Il croisa les bras et me regarda droit dans les yeux.

    - Qu'es ce que je dois faire pour te prouver que c'est la vérité ?

    Face à cette réaction je ne su quoi dire. Tout ce qu'ils venaient de me dire était impossible. Comment je pouvais être la personne qu'ils décrivent ? Je sais que je suis bizarre, que je fais des choses que je ne comprends pas et que Vincent est comme moi, mais tout ça ne peut être réel, je ne peux pas être spéciale, je ne veux PAS être spéciale.

    Je me leva du lit dont j'étais encore assise et partis en courant de la chambre. Je ne savais pas ou j'allai mais je sais que je voulais qu'une chose, je voulais sortir de cet endroit. J'étais effrayé, ce lieu était un véritable labyrinthe. Tous les couloirs étaient identiques, fait d'un bois sombre. C'était peut-être mon imagination mais plus j’avançais moins il y avait de lumière. J'aurais pus avoir l'impression de tourner en rond mais le fait de ne plus entendre leur voix me confirmait le contraire. J'avais l'impression qu'une éternité était passé, une fois arrivé dehors je fus subjugué par le paysage.

    Je me trouvais hors d'un châteaux entouré d'une grande foret, un peu plus loin ce trouvait un petit village qui paraissait pas comme les autres villages. Ne sachant où allez j'ai décidé de me diriger vers celui-ci. De l'endroit où je me trouvais il devait être à environ dix minutes. Plus j’avançais vers lui plus j'étais émerveillée.

    Ce village ce trouvait être un village ancien, comme avant. Il n'y avait pas de technologie ni rien. Me promenant dans les rues je croisait des personnes habillés de manière assez particulière. Pour les hommes, ils portaient des pantalons en tissue et non des jeans, des bretelles et des chemises, pour les femmes des robes assez légère. Pourtant, certaines personnes portés tout de même des tenus de maintenant, tee shirt simple et pantalon pour les garçons et les filles en jupe et tee shirt. Je ne comprenais pas, ou avais-je bien pu tomber ?

    Je venais d'arriver à la place principal du village, il y avait une énorme fontaine en pierre d'un gris clair, l'eau cristalline luisait sur une boule en marbre au dessus de la fontaine pour tomber dans un bassin remplit de mousse. Autour d'elle, ce trouverait une roseraie aux couleurs blanches.

    - « Qui peut donc bien être cette drôle de fille ? »  Questionna une villageoise à son ami.

    - « Qui est-ce ? » Demanda un boulanger en sortant le pain pour le mettre sur son stand.

    - « Oh ! Mais qu'est-ce donc ? » Déclara une vielle femme nourrissant ses chats.

    - « Je l'ai vu arriver du château, vous pensez qu'elle vient de l'autre monde ? » Affirma un autre villageois.

    - « Voyons ne soit pas ridicule ! Allons tous d'abord lui posé la question. » Répliqua un autre.

    Face à cette affirmation les villageois ce dirigèrent vers moi et ce mirent à me poser mile et une questions.

    - « Comment t'appelles-tu ? » Me demanda la vielle femme.

    - « D'où viens-tu ? »

    - « Quelle age as-tu ? »

    - « Viens-tu du château ? »

    - « Ne soit pas muette, dis nous tout ! »

    - « Taisez-vous donc ! » criez-je apeuré.

    J'avais à nouveau du mal à respirait. Je glissa sur le sol en les priants de me laisser tranquille.

    - « Mais n'es pas peur, nous n'allons rien te faire. » Déclara le boulanger.

    - « J'ai dis : Laissez moi tranquille ! »

    Quand ces mots furent sortit de ma bouche, une boule de feux s’échappa de mon corps et alla s'exploser sur le mur d'une maison laissant une trace noir sur celui ci.
    Voyant ce que je venais de faire tous les villageois étaient effrayés. Je les entendais murmurer des « oh mon dieu », « je n'es jamais vus ça ». J'étais sûr qu'ils allaient eux aussi avoir peur de moi, ne plus m'approcher, croire que je n'était qu'un monstre.

    A ce moment là je me mis à pleurer toutes les larmes de mon corps et me mit en boule sur moi même. J'entendis un bourdonnement autour de moi, ma vus devenait flou. Je voulais rentrer chez moi et que tout le monde me laisse tranquille, que je redevienne une fille totalement normal et que tout ça ne soit jamais arrivé.

    - « Chatrine, ne fait pas ça ! » entendis-je à travers le bourdonnement. « Allez, ouvre les yeux CHATRINE ! »

    Je fis ce que la voix me dit et vus des flammes tout autours de moi faisant comme un mur près à exploser. Je n'en croyais pas mes yeux ce n'était pas possible que ce soit moi qui ai fait ça.

    - « Chatrine, calme toi et regarde moi. » Vincent s'approcha de moi lentement « Tout va bien... »

    Je me sentais comme hypnotisé par sa voix à la fois douce et calme.

    - « Prend une grande respiration et dit toi que tous vas bien, d'accord ? »

    Je fis ce qui me dit et lentement les flammes commencèrent à s'estomper montrant une place quasiment détruite. Le sol était devenu noir et de la cendre volé tout autour de nous. Les bâtiments étaient complètement brûlés d'une face. Seule la fontaine était intacte.

    Vincent s'approcha de moi et me pris par les épaules en me disant ses mots que j'attendais plus que tout au monde.

    - « Je vais te ramener à la maison. »


    Voilà, désolée de vous avoir fait attendre aussi longtemps mais voilà enfin la suite tant attendu (enfin je l'espère) d'Origine !

    J'espère qu'elle vous plaira

    Nana

     

    « *Viens je t'emmène*Origine (Partie 7) »

  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Novembre 2015 à 19:42

    C'est super!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :